#RENDEZ VOUS AUTOUR DU MONDE

NOTRE HISTOIRE

Alors que Les Grands Explorateurs célèbrent avec joie leur 44e anniversaire, il est intéressant d’effectuer un retour en arrière pour comprendre comment les 400 spectateurs du début ont pu se multiplier au point de totaliser aujourd’hui 400 000 entrées!

UN TRIO D'AMITIÉ

L’histoire débute il y a 39 ans avec trois amis : Pierre Valcour, le comédien qui séduisit le Québec tout entier, François Prévost qui venait de compléter un tour du monde de deux ans et son ami d’enfance, Serge Martin qui se joignit aux Grands Explorateurs 6 mois après le lancement.

Tous les trois étaient émerveillés par ce concept de ciné-conférences qui permettaient d’élargir les horizons du public québécois, de le projeter à l’international et de lui faire découvrir la vaste diversité des peuples avec leur culture, leur histoire, leur géographie et la beauté de leurs sites naturels.

Le développement des Grands Explorateurs s’appuya sur une série de décisions initiales qui allaient donner sa personnalité à l’entreprise : une mission d’éducation sans compromis et un produit accessible à tous, partout au Québec, aussi bien dans les grandes salles de théâtre que dans les écoles, des films fascinants, des conférenciers de haut niveau, un prix abordable et un service exceptionnel à la clientèle.

SERGE MARTIN, PRÉSIDENT

En 1980, Serge Martin succéda à Pierre Valcour et devint Président des Grands Explorateurs jusqu’à nos jours. Avec son associé et ami de toujours, François Prévost, ils jetèrent les bases de ce qui allait devenir une véritable institution qui allait transformer le Québec.

L’entreprise se démarqua par la confiance qu’elle accordait aux jeunes de talent dès le début de ses activités. C’est ainsi qu’Andrée Lapointe assuma en 1983, à 26 ans, la coordination des opérations des Grands Explorateurs. Promue plus tard Directrice Générale, elle su s’entourer et joua un rôle clé dans la formidable expansion qui allait suivre.

UNE ENTREPRISE BIEN IMPLANTÉE

Bien organisés, Les Grands Explorateurs véhiculèrent par la suite des valeurs fondamentales qui ne changèrent jamais : respect des peuples, dépassement de soi, préservation de la nature, courage d’explorer l’inconnu, ouverture de cœur et d’esprit aux cultures des autres, et une soif insatiable de connaître tout ce qui fait la beauté, la fragilité et la valeur irremplaçable de notre planète.

De plus, Les Grands Explorateurs s’inscrivaient dans une longue et prestigieuse tradition de récits de voyage et d’exploration où des hommes et des femmes venaient partager sur scène et à l’écran leurs découvertes.

Cette formule à succès existe depuis au moins 150 ans. Elle s’inspire des comptes-rendus d’expéditions célèbres présentés à la prestigieuse tribune de la Société Royale de Géographie à Londres. À partir du milieu du 19e siècle, les explorateurs qui allaient refaire les cartes du monde vinrent raconter à un public émerveillé leurs expéditions en Afrique, dans le sous-continent indien, dans les régions polaires et en Asie centrale.

L'ÉTINCELLE DE L'AVENTURE

Cette volonté de tout connaître ce qu’il y a à la surface du globe, au-dessus ou en dessous, dans le temps présent ou dans le passé, c’est cette étincelle qui donna naissance à la Société National Geographic en 1888. Et l’une de leurs premières activités fut d’organiser à Washington des représentations qui permettaient au grand public de vivre les aventures des explorateurs que National Geographic finançait : Robert Peary, premier à atteindre le Pôle Nord en 1909, Roald Amundsen, premier à se rendre dans des conditions inimaginables au Pôle Sud en 1911 et Hiram Bingham qui découvrait la même année la légendaire cité Inca de Machu Picchu.

Après la Deuxième Guerre mondiale, le Commandant Charcot et le jeune Paul-Émile Victor présentèrent leur expédition dans les régions polaires à la Salle Pleyel de Paris. C’était le début de Connaissance du Monde, qui allait précéder Les Grands Explorateurs.

Et au Québec, ce fut le biologiste Alain Bombard qui donna ses lettres de noblesse aux Grands Explorateurs par son récit de sa traversée en solitaire de l’Atlantique en 1952 sur un canot pneumatique pour connaître les conditions de survie en mer.

Bombard que l’on retrouve dans le Larousse fut suivi de Katia et Maurice Krafft, ce couple courageux de volcanologues qui risquèrent leur vie pour rapporter chez-nous des images de volcans en éruption et qui sont malheureusement disparus dans une ultime expédition sur le mont Unzen au Japon.

Puis arriva sur scène un explorateur du Québec, un homme plus grand que nature, Jean Poirel, celui qui descendit la tumultueuse rivière Nahanni dans les Territoires du Nord-Ouest et qui influença le Canada pour y faire naître un immense parc national.

Et enfin, ce fut le Belge Willy De Roos qui, sur les traces d’Amundsen, fut le premier navigateur à traverser en solitaire le Passage du Nord-Ouest et nous en rapporta des images et des réflexions sur le force de caractère, la dignité, la discipline et la persévérance qui marquèrent toute une génération de Québécois.

Il y eut les explorateurs certes, mais il y eut au cours de ces 40 ans des voyageurs comme Francis Mazière, raconteur extraordinaire qui nous fascina avec l’Île de Pâques, premier grand succès qui allait lancer Les Grands Explorateurs dans le public ou encore Marcel Isy-Schwart qui partit à la recherche d’insectes rares et de papillons fabuleux dans Congo Safari.

UNE UNIVERSITÉ POPULAIRE

Les Grands Explorateurs devinrent rapidement une Université Populaire qui regroupait toutes les disciplines dont on peut rêver, des ethnologues comme Jacques Villeminot et ses aborigènes d’Australie, des écrivains de l’Académie française comme Jean Raspail, des journalistes de guerre comme Patrick Moreau et Emmanuel Braquet, des voyageurs au long cours comme Marc Blais qui explora le Grand Nord Québécois et Alain St-Hilaire qui explora le Golfe persique et se mérita le fabuleux Prix Abu Dhabi 2012 , des alpinistes comme René Desmaison, Maxime Jean ou Jason Rodi qui escalada avec son père les 7 plus hauts sommets de la planète ainsi que des navigateurs québécois comme Damien DePas qui compléta la mini-transat 2001 ou encore Guy Lavoie et Claire Roberge qui firent un tour du monde de 5 ans en famille sur leur voilier Balthazar.

Plus tous ces jeunes d’ici et d’ailleurs qui ont sillonné la planète et parcouru les coins les plus inaccessibles d’Amérique latine, d’Asie, d’Océanie ou d’Afrique, et cela en vélo de la Mongolie à Calcutta, en moto de l’Amérique du Sud au Proche-Orient ou encore à pied sur la piste Hô Chi Minh qui traverse toute l’Indochine.

Les Grands Explorateurs sont devenus une véritable institution au Québec qui a marqué toutes les générations depuis les années 70, grâce notamment à une armée de bénévoles, ces Ambassadeurs qui croient en la mission de l’entreprise et la portent haut et fort dans tous les milieux et cela, à la grandeur du Québec.

Résultat : une histoire à succès unique dans le domaine du divertissement et de la culture au pays avec le plus grand nombre d’abonnés, le plus haut taux d’occupation des salles et le plus haut taux de fidélisation de sa clientèle. Plus de 70% de ses 48 500 abonnés renouvellent leur expérience chaque année et la moitié d’entre eux assistent aux Grands Explorateurs depuis plus de 10 ans.

UN REGARD VERS L'AVENIR

Et ce qui est le plus porteur pour l’avenir, c’est que des milliers de ces spectateurs emmènent leurs enfants ou leurs petits-enfants aux Grands Explorateurs. Il faut voir dans leurs yeux tout neufs d’enfant ou d’adolescent leur émerveillement face aux splendeurs de la nature et leur fascination pour des peuples dont ils commencent tout juste à entrevoir l’hospitalité, la joie de vivre et la richesse de leur culture.

Avec ses 700 représentations diffusées dans 53 villes, Les Grands Explorateurs poursuivent saison après saison leur mission originale d’aider les Québécois à mieux comprendre, explorer et aimer le vaste monde qui les entoure. De là viendra notre succès à long terme comme peuple et notre contribution à l’histoire universelle.

Capsule Famille Prévost

Nous vous invitons à jeter un coup d'oeil à la capsule « Nos familles d'ici » qui présente la famille Prévost. Nous parlons des Grands Explorateurs! CAPSULE