#45ANSÀVIVRELEMONDE
Voyager à vélo

Voyager à vélo

21 novembre 2016

Pour Bertrand Lemeunier, passionné de photographie et de vidéo, le voyage est une célébration. Malgré ces innombrables périples aux quatre coins de la planète, chaque nouvelle aventure l'emplit du même enthousiasme et du même désir de se dépasser. Cette fois, c'est sous le soleil du Brésil qu'il s'est lancé un défi téméraire: pédaler 9000 km pour mieux comprendre ce qui fait vibrer ce pays continent.

Propos recueillis par Sandrine Vermette

1. Décrivez le film que vous nous proposez en trois qualificatifs.

Aventure, rencontres et couleurs.

2. Comment l’idée d’un voyage à vélo vous est-elle venue à l’esprit?

En blaguant avec mon ami Claude, qui me demandait comment je voulais aller dans l’ouest du Canada. De là est né mon premier voyage à vélo: 16 500 km d’un océan à l’autre. Le Brésil est en fait ma troisième expédition sur deux roues, après la Pologne.

3. Comment le Brésil s'est imposé comme destination?

Je n’étais jamais allé dans l’hémisphère sud. Ma compagne Vanessa a toujours voulu découvrir cet immense pays. Moi, j’étais en quête d’aventure et d’évasion... J’ai été servi au Brésil!

4. Avez-vous eu à vous entraîner intensément avec de partir?

Non. Pour le Canada, en 2008, je m’étais entrainé pendant trois jours (50 km, puis 100 et enfin 180 km). Après cela, j’avais compris l’essentiel. Ce genre de voyage n’est pas une course. Un coup de pédale à la fois, on peut aller très loin malgré les 65 kg du vélo.

5. Justement, avec quel type de vélo avez-vous voyagé au Brésil?

J’avais un vélo classique (style vélo de montagne sans suspension) avec un cadre en acier permettant des réparations par soudure, si nécessaire. Des vélos montés selon nos besoins, simple et résistant.

6. À quoi peut ressembler l’équipement de base?

En résumé, nos équipements servent pour manger, dormir, pédaler, réparer et travailler, dans mon cas, avec tous mes équipements de photo et de vidéo. Au Brésil, les petits «plus» sont le hamac, l’indispensable filtre à eau et un ou plusieurs Thermos pour garder l’eau fraiche quand il fait 40 degrés Celsius.

Pour le reste, mon vélo était une sorte de maison mobile avec des sacoches pour la cuisine, la chambre à coucher, le garde-robe, le bureau de travail...

 
7. Une fois sur place, comment organisiez-vous votre trajet?

«Quand rien n’est prévu, tout est possible.» Au jour le jour, donc. Toutefois, nous étions plus structurés lorsque nous faisions des entrevues et au moment d'arriver dans de grandes villes.

8. Qu’est-ce qui rend le voyage à vélo si particulier, à vos yeux?

Je crois que le plus important est la liberté. C’est un délice qui se savoure sans modération. Sur deux roues, on reçoit tout avec nos sens, toujours aux aguets. Il y a les odeurs, les sons, les sourires, l’accueil des gens... À l’opposé, on endure tout: la pluie, le vent, la chaleur ou la neige et le froid, comme durant ma traversée des montagnes Rocheuses en plein hiver. Enfin, le voyage à vélo est écologique, économique et, grâce à la robustesse de cette machine fantastique, incroyablement fiable.

9. Quel est le moment de tournage qui vous a le plus ému?

Lors de notre passage dans la capitale du Pernambuco (Recife), nous avons eu la chance de filmer dans une école de capoeira, un art martial impressionnant. L'un des projets sociaux qui y sont rattachés vient en aide aux enfants défavorisés de la favela voisine. Ces jeunes ont ainsi des cours de lecture, d’écriture, de musique et de capoeira, bien entendu. Un ancien élève y est même aujourd’hui, 15 ans plus tard, l'un des professeurs. Quel magnifique cercle vertueux!

10. Finalement, qu’est-ce que la majorité des gens ignorent du Brésil, selon vous?

Personnellement, j'ignorais, il y a quelques années à peine, que le Brésil est un pays lusophone, c'est-à-dire qui parle portugais.  C'est une langue magnifique à entendre et à apprendre. Pour le reste, on parle souvent de la violence au Brésil. Sans faire abstraction à cette réalité, il n’en demeure pas moins que ce peuple est vraiment chaleureux et généreux.

Constatez-le par vous-même en assistant à ce film-conférence d'exception!

Pédaler le Brésil: en tournée partout au Québec, dès le 10 janvier prochain!