#45ANSÀVIVRELEMONDE
Perception nouvelle d'une Russie éternelle

Perception nouvelle d'une Russie éternelle

16 mars 2017

Michel Drachoussoff nous surprend à chacun de ses passages chez nous. Cette fois, il vous convie à une balade merveilleuse sur le plus vaste pays du monde. Si la Russie est le royaume des Tsars, elle est aussi la terre natale de ses parents. Un attachement sincère, nourri depuis sa tendre enfance, habite toujours ce cinéaste passionné. Il vous partage ici conseils, impressions et coups de coeur pour vous permettre, à votre tour, de vous approprier toute la magie de la Russie.

Propos recueillis par Sarah Cohen et Sandrine Vermette

1. Comme ce pays demeure méconnu des voyageurs, qu’aimeriez-vous dire au grand public pour les inciter à y mettre les pieds par eux-mêmes?

Le philosophe français Hippolyte Taine (1828-1893) écrivait « On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idée »

Il est tant de fausses idées exprimées au sujet de ce pays qu’il est impératif de s’y rendre pour constater que limiter la Russie à ses dirigeants ou à sa politique est terriblement réducteur et intellectuellement malhonnête. On finit par en oublier cette culture russe incomparable, et la magie de ce que l’on appelle « l’âme slave » qui fait chavirer tant de cœurs.

2. Quel genre de voyage peut-on y faire? Est-ce possible de le visiter avec un budget limité, style «voyage sac à dos»?

La Russie est un pays assez cher, mais la faiblesse actuelle du rouble compense cet inconvénient. Votre agence de voyages préférée vous proposera une panoplie de possibilités en fonction de votre budget. Le voyage « sac à dos » est possible, mais il est alors vivement conseillé de parler un minimum la langue, ou d’avoir des amis russes prêts à vous accompagner dans vos déplacements. Dès lors, un voyage utilisant des moyens de transport à prix « démocratiques » devient possible, ouvrant la possibilité d’une immersion dans la réalité quotidienne du peuple russe.

3. Quel serait votre «panorama» coup de cœur?

Il est un endroit particulièrement magique à Saint-Pétersbourg : le balcon qui fait le tour de la base de la coupole de la cathédrale Saint Isaac. De ce point de vue circulaire exceptionnel, on découvre la grandeur de la capitale des Tsars : les canaux, la Neva et ses rives prestigieuses, la place des Palais avec le musée de l’Hermitage et la colonne Alexandre, la flèche dorée de l’Amirauté, et tant d’autres merveilles de cette ville à nulle autre pareille.

4. Qu’est-ce qui vous a fasciné sur le plan historique, en faisant vos recherches?

Principalement deux personnages : Ivan dit le Terrible (le terme « redoutable » étant plus approprié) et Pierre le Grand. Leurs vies ont été un véritable roman, avec tous ses ingrédients : amour, haine, grandeur, cruauté, courage, parfois moments de folie (surtout pour IVAN IV), génie politique. Tous deux ont radicalement réformé, chacun à sa façon et en fonction de leur époque, leur pays. Des destins hors du commun, à la mesure de la Russie. Je ne peux que conseiller de lire les récits relatant leur vie et leur œuvre politique.

5. Quelle expérience devrait-on absolument vivre pour s’imprégner de la culture russe?

Sans conteste, vivre la période des Pâques orthodoxe dans une famille attachée aux traditions et à la culture de la Russie ancestrale. Ou encore, visiter le Musée Russe de Saint-Pétersbourg, trop souvent délaissé au profit du Musée de l’Hermitage.

6. Quel est selon vous le meilleur moyen de transport pour s’y déplacer considérant l’immensité de son territoire?

En tant que simple touriste, je pense que le meilleur moyen de visiter la partie européenne et historique de la Russie est la croisière fluviale Moscou/Saint-Pétersbourg. Pour le voyageur connaissant la langue russe, la voiture ou même le camping-car permettent une découverte plus approfondie du pays. Quant aux amateurs d’espaces infinis, quoi de plus exaltant que le mythique Transsibérien qui les emmène de Moscou à Vladivostok, au bord de l’océan Pacifique.

7. Partagez-nous un moment magique vécu pendant l’un de vos séjours.

L’enregistrement d’un chœur interprétant de magnifiques chants religieux orthodoxes. C’était dans une petite église de la banlieue de Moscou. Une acoustique exceptionnelle, des sublimes voix d’hommes et de femmes. Bref, un moment magique. Toute la spiritualité en est restée un souvenir impérissable et un enregistrement de toute beauté qui se retrouve dans un CD proposé lors de mes présentations. 

8. Qu’est-ce que la majorité des gens ignorent de la Russie d’après vos observations?

Presque tout. Son histoire, sa culture, sa vision du monde extérieur, sa conception du rapport entre le citoyen et le pouvoir, le refus d’une grande partie de ses citoyens à l’adhésion à un monde globalisé et uniformisé...

9. Comment décririez-vous la nourriture russe? Avez-vous un plat favori?

Je ne suis pas un adepte inconditionnel de la cuisine russe, qui manque un peu de finesse. J’apprécie toutefois ces plats qui me rappellent ma grand-mère. Elle a toujours tenu à cuisiner « comme là-bas… avant… ». Et des plats comme le borsh (soupe de légumes avec de la viande et un peu de crème aigre), le sarrasin, les pirojkis (sorte de petits pâtés en croûte farcis de viande hachée ou de chou) sont restés des beaux souvenirs d’enfance.

10. Vous nourrissez un lien tout personnel avec le pays, étant donné que vos parents y sont nés. De quelle manière votre expérience de voyage s’en est trouvée enrichie, une fois rendu sur place?

La connaissance de langue et de la culture russe, qui m’a été transmise dès mon plus jeune âge par mes parents, m’a permis de tisser de précieux liens lors de mes voyages. Tout ceci m’a ouvert beaucoup de portes, et permis d’avoir une belle vision sur les réalités de ce pays et de son peuple. Sans ce lien personnel, je serais passé à côté de nombreuses belles découvertes hors des sentiers battus.

Russie éternelle: 
soyez des nôtres pour vous faire raconter son histoire, ses beautés et son âme.